BIM et jumeau numérique

BIM et jumeau numérique 2019-03-04T16:44:02+02:00

Le jumeau numérique, plus qu’une maquette ?

La maquette numérique est désormais comprise du plus grand nombre. Depuis quelques années on parle aussi du jumeau numérique. Quelle différence avec la maquette ?

Antonio CALABRESE, architecte et BIM manager défriche ce sujet.

Qu’est-ce qu’un jumeau numérique ?

Si vous cherchez sur Internet, vous trouverez plusieurs articles vous expliquant ce qu’est un jumeau numérique. Wikipédia le définit ainsi : « Un jumeau numérique (en anglais, digital twin ou device shadow) est une réplique numérique d’un objet, d’un processus ou d’un système qui peut être utilisé à diverses fins. »
Je compléterai en disant que le jumeau numérique est aussi bien utilisé dans les domaines de la construction, de l’industrie, de la recherche, de l’énergie,
de l’urbanisme, … Il est constamment mis à jour par l’intelligence artificielle qui lui est associée.

Quelle différence avec la maquette numérique ?

Le concept va encore plus loin que la maquette numérique. On peut dire que la maquette numérique représente 30% d’un jumeau numérique. Elle est le point de départ. La maquette numérique est un outil collaboratif qui recueille toutes les données du bâtiment. En règle générale, elle permet d’identifier les collisions en amont de la construction, d’éviter les coûts supplémentaires et de respecter les délais de construction. Elle est utilisée dans le cadre de la maintenance,
de l’extension, de la déconstruction du bâtiment.
Le jumeau numérique quant à lui bénéficie de l’intelligence artificielle des objets (IoT) et va prévoir les incidents structurels. On parle ici de maintenance prédictive. Le jumeau numérique c’est un lien en temps réel entre les mondes physique et numérique grâce à la synchronisation permanente des données
fournies par les objets connectés.

Quelle utilisation du jumeau numérique dans le monde de la construction aujourd’hui ?

Le jumeau numérique n’est pas réellement utilisé dans l’univers du bâtiment. Nous travaillons certes avec des logiciels tels que Infraworks pour simuler le flux de circulation à un carrefour ou Navisworks pour détecter des collisions. Mais aujourd’hui la maquette numérique ne bénéficie pas du flux de données d’objets connectés qui pourrait en faire un jumeau numérique. La finalité d’un jumeau numérique est qu’il ait une vie parallèle que l’on peut analyser pour prévenir les incidents dans la vie réelle. La maquette numérique en sera la base.

Quelle est ta vision du jumeau numérique dans un futur proche ?

On peut imaginer dans un proche avenir la connexion des datas des objets à la maquette numérique. Par exemple, une utilisation anormale des appareils de climatisation pourrait engendrer une alerte et prévenir ainsi une panne. Ce qui est certain c’est qu’associer les datas et le visuel de la maquette numérique
permettra de faire le bon choix.
Comme je le dis plus haut, le jumeau numérique est utilisé dans de nombreux domaines. On peut aussi aller très (trop ?) loin. Où est la frontière ? Par exemple, dans l’utilisation du jumeau numérique de l’homme pour prévenir des soucis de santé ? Aujourd’hui, dès que nous naviguons sur internet nous laissons des
traces. Ainsi le moteur de recherche nous suggère des choses qui correspondent à nos habitudes. Ces datas associées à des objets connectés tels que les systèmes de traqueurs d’activité permettent au jumeau numérique de nous alerter sur des risques cardiaques. Mais la question soulevée est l’utilisation et la protection de nos données personnelles.
En bref, de belles perspectives mais dont il faut bien définir les limites.

X